20 juillet 2014 – La Versanne, 70 ans déjà

08 La stèle nationale cimetière de La Ricamarie

La  stèle  nationale  au  cimetière  de    La Ricamarie

C’est sous l’impulsion de l‘Association Culturelle Franco-Polonaise (ACFP) et le Souvenir Polonais en France (SPF) que s’est tenue le dimanche 20 juillet 2014, la commémoration du 70ème anniversaire du massacre des jeunes résistants polonais, sur la commune de La Versanne, massif du Pilât dans le département de la Loire, tout près de Saint Etienne. Cette manifestation avait rassemblé beaucoup de monde malgré une météo extrêmement pluvieuse. Mais les associations patriotiques locales étaient bien représentées. Le SPF, sous la houlette de son président national, Laurent CHISSOS, avait tout organisé, comme il en a l’habitude. Les autorités civiles et militaires étaient présentes. Je ne saurais pas toutes vous les citer de craintes d’en oublier ou de commettre quelques erreurs. Toutefois, parmi les autorités civiles nous avons noté la présence des élus représentant les communes de La Ricamarie, du Chambon Flles et de Roche la Molière. Parmi les associations patriotiques, il y avait bien évidemment le SPF, co-organisateur, les représentants des familles de certains des résistants. Parmi eux, trois femmes : Mesdames Lucie PACZSESNY sœur de Stéphan BOJAR ; Stanislawa KONICKI sœur de Paul BUCK, et enfin Anna KACZMAREK, sœur de Teresa ZOLKOWSKA. A noter que Mr Léon CIACHERA était absent pour cause de cure, il est le neveu de Joseph et  Léon CIACHERA.

La cérémonie fut empreinte d’une grande émotion, tant à la chapelle du Montcel, qu’au cimetière de La Ricamarie. Il était essentiel, voire primordial, que la mémoire de ces jeunes martyrs ne soit pas oubliée. Le Père Zdzislaw POCZATEK nous le rappelait dans son homélie. Après le cimetière, tout le cortège sest immédiatement rendu salle des Clapeuses où le président CHISSOS, ainsi que les personnalités, ont rappelé, chacun à leur manière, que :

« L’oubli est pire que la mort’

Ci-après, je vous livre un bref résumé des circonstances de ce drame horrible, tiré d’un travail et d’une minutieuse enquête réalisé par Monsieur Jean-Michel STEINER, historien stéphanois. C’est avec son autorisation que cette publication est réalisée. Je tiens une nouvelle fois à lui adresser tous nos remerciements pour ce travail qui avait demandé de nombreux mois de recherches parmi les archives civiles et judiciaires locales.  Le maquis de la Versanne en résumé.

20 juillet 1944, La Versanne, Loire

 Un maquis Franco-Polonais de la MOI-FTP est exterminé par la Wehrmacht

Vingt résistants exécutés, presque tous des hommes jeunes et, à deux exceptions près, d’origine polonaise. Parmi eux, une seule femme : Teresa Zolkowska. Une moyenne d’âge à peine supérieure à 23 ans, la moitié d’entre eux ayant 20 ans ou moins. Ce maquis appartenait à la branche MOI (Main d’œuvre Immigrée) des FTP (Francs tireurs et partisans), bras armé de la résistance communiste. Le fait que ces jeunes gens rejoignent un maquis de la MOI ne signifie pas que tous adhèrent aux idées du Parti communiste. Ils entrent dans la clandestinité parce qu’ils se sentent menacés par la politique xénophobe et anti ouvrière du régime de Vichy, parce qu’ils cherchent à échapper aux réquisitions du Service du Travail Obligatoire, parce qu’ils voient la libération approcher et sont avides d’action. Même si la belle saison en atténue les rigueurs, la vie cachée dans les bois n’est pas facile.

Le chef du groupe venait clandestinement s’approvisionner auprès des fermes dans la petite vallée du Cotatay sur le versant septentrional du Pilat, près du Chambon-Feugerolles. Lorsqu’en juillet 1944, il stationne à la ferme de Rioclar, entre le col de la République et Saint-Genest-Malifaux, le maquis se retrouve aux abords de la route Saint-Étienne – Valence qui traverse le massif du Pilat. Il est donc en position de surveiller et menacer des convois allemands qui voudraient éviter l’axe rhodanien. Conscient des risques qu’il court, le maquis déménage le 16 juillet pour venir occuper une ferme inhabitée dans une clairière des Grands bois, au lieu-dit les Loges de Montheux.

Dans la journée du 19 juillet, deux hommes commettent l’imprudence de venir consommer au café de l’hôtel du Grand Bois. Plusieurs dénonciations parviennent à la Kommandantur. Selon le gérant de l’hôtel, le 20 juillet à 5 heures du matin, un millier d’Allemands (d’autres sources parlent de 400 hommes) viennent encercler le secteur. Un témoin voit trois camions arriver à sa hauteur vers 9 heures du matin. Les Allemands bien renseignés, arrivent discrètement et, profitant de l’effet de surprise, ils ouvrent le feu sur les résistants. Selon un témoin : « Il y en a eu trois fusillés, plus un tué qui s’évadait ». Mais  il s’avère impossible pour les résistants de se replier. Plusieurs maquisards tombent au cours de la fusillade qui dure environ deux heures. Les autres sont faits prisonniers. Un autre témoin raconte la suite : « Après la bataille, les Allemands ont chargé sur une charrette, tout le matériel qu’ils ont trouvé sur les lieux. Puis ils ont fait sauter la maison occupée par le maquis, et  en même temps,  ils ont fusillé les prisonniers faits sur place ».

Sitôt la Libération intervenue, le Tribunal militaire de Saint-Étienne, est saisi de l’affaire. Les interrogatoires durent deux mois, certains témoins devant être recherchés jusqu’à Paris. Le rapport final, daté du 10 novembre 1944, insiste sur « les graves responsabilités » qui pèsent sur une dizaine de personnes, toutes françaises. Ce rapport révèle la bassesse de certaines d’entre elles : une femme reconnaît avoir, pour 7.000 francs, indiqué la localisation précise du groupe.

Après le temps de l’opprobre, avec la capitulation allemande, arrive le temps des hommages. Le premier anniversaire est célébré à La Ricamarie par une cérémonie unanime et émouvante. On note la présence du secrétaire du Préfet, des maires des diverses communes minières toutes tendances politiques confondues, d’une délégation polonaise. Un office religieux est célébré en l’église paroissiale par trois prêtres dont le curé qui retraça l’historique de la bataille. Le journal stéphanois Le Patriote, tient à souligner le patriotisme de ces jeunes gens : « Ce maquis, formé de Polonais et de quelques Français est l’affirmation touchante de l’amitié séculaire Franco-Polonaise, sentie profondément et d’instinct par les masses populaires car tous ces maquisards étaient des ouvriers et la plupart des mineurs ».  Le même jour, au Chambon-Feugerolles ce sont aussi les mémoires de Félix ZDRACK, tombé le 23 avril 1944 au camp Wodli et celle de Joseph GRZEGORCZYK qui sont honorées ; à Roche-la-Molière, dans la cité polonaise de Beaulieu, c’est à Joseph GRAMATYKA que l’on rend hommage. Ces jeunes Polonais du bassin minier tombés au combat dans les rangs de la Résistance sont reconnus comme « Morts pour la France ».

Un premier monument est inauguré le 1er novembre 1945, sur les lieux mêmes du massacre. L’ambassadeur de Pologne le Dr SKRZESZEWSKI ainsi que le chef de la mission militaire polonaise en France, le colonel NASZKOWSKI, sont également présents. En juillet 1946, en présence de toute la communauté polonaise du bassin minier stéphanois, la municipalité de La Ricamarie inaugure son monument dans l’enceinte du cimetière. Au sommet d’une stèle de marbre blanc figure l’emblème de la France Libre « la Croix de Lorraine » et le V de la victoire entouré par les drapeaux français et polonais. À la base, sont inscrits les noms des vingt maquisards. Au centre une double inscription dans les deux langues : « Aux héros tombés à la Versanne pour votre liberté et la notre. 20-7-1944 ». Aujourd’hui, les actes de décès de chacun de ces jeunes Polonais “inconnus” portent en marge : « Mort pour la France ».

 Jean-Michel STEINER

 Liste des résistants polonais  morts pour la France, à La Versanne, dans l’ordre des actes de décès :

  • Stanislaw JANKOWSKI, né le 22 juin 1926 à Roche-la-Molière ;
  • Adolphe WRONSKI, né le 21 décembre 1920 à Dortmund (Allemagne) ;
  • Mieczyslaw ROJECH, né le 19 octobre 1910 à Rodziewice (Pologne) ;
  • Teresa ZOLKOWSKA, née le 16 octobre 1926 à Unieux (Loire) ;
  • Théodore LOPUSZANSKI, né le 4 mars 1906 à Gwozdziec (Pologne) ;
  • Wieczyslaw STEFANIACK, né le 6 juillet 1925 à Myedzychod (Pologne) ;
  • Jean SINCHWUSKI, né le 4 juin 1925 à La Ricamarie (Loire) ;
  • Stanislaw PIETRZACK, né le 2 août 1926 à Lewarde (Nord) ;
  • Stanislaw ROBASZEWSKI, né le 31 octobre 1926 à Gostyn (Pologne) ;
  • Joseph CIACHARA, né le 12 février 1923 à Montceau-les-Mines (Saône-et- Loire) ;
  • Jean-Marie BORNE, né le 15 octobre 1923 au Chambon-Feugerolles (Loire) ;
  • Stanislaw KRAYSER, né le 5 mars 1903 à Leskowice (Pologne) ;
  • Paul BUCK, né le 11 août 1925 à Saint-Tienne (Loire)
  • Charles BERGERETTI, né le 26 décembre 1919 à Rive-de-Gier (Loire) ;
  • BOJAR Stephan, né le 27 décembre 1922 à Witjawo (Pologne) ;
  • François ZMUDA, né le 7 octobre 1902 à Marcyporemka (Pologne) ;
  • Léon CIACHARA, né le 19 septembre 1924 à La Ricamarie (Loire) ;
  • Adam JACOBOWSKI ;
  • Jean MIS, né le 8 mai 1927 à Firminy (Loire) ;
  • Joseph STROZ, né le 10 février 1924 à Champagnac-les-Mines (Cantal).

 

Vous pouvez deposer un commentaire a l'aide du formulaire ci-dessous.

Commenter cet article